Le blog de la Fantasy Team

La réception de colis. Un art martial méconnu…

| 0 Commentaires

Lorsqu’on sonne à la porte des locaux, une pensée nous vient systématiquement : soit c’est Alex qui a encore oublié ses clés, soit c’est un de nos fournisseurs qui nous livre une commande…

Inutile de vous dire que je préfère la seconde éventualité. Au moins, comme ça, on ne se lève pas pour rien… même si donner un coup de boule à Alex en punition reste gratifiant.

Le cérémonial est alors toujours le même : réception des cartons, tamponnages du bon de commande, remerciements au livreur… après quoi, il est temps de se mettre en condition mentale. Car la suite n’est que violence. (Eloignez vos enfants de ce qui suit.) Personnellement, je me concentre profondément, et fais appel à l’enseignement que m’ont prodigué les miens. Etant le dernier descendant d’une antique lignée de ninjas portugais, je détiens un immense et  effrayant savoir et suis capable de maîtriser bon nombre de techniques mortelles. Notamment le délicat maniement du cutter.

Cesba le ninja

Une fois pleinement concentré, en phase avec les éléments et en harmonie avec moi-même, l’ouverture des cartons peut commencer. Méthodiquement, j’ouvre le ventre de chacun d’entre eux. Economisant les gestes superflus, mes coups gardent néanmoins une grâce certaine, et une efficacité surprenante. Voici un aperçu de ce que nous avons pu recevoir cette fois-là. Nous ne vous proposons ici que les clichés les moins durs, les autres ayant été censurés. Cependant, ne vous approchez pas trop de votre écran pour autant, ces photos sont encore chargées de mon Ki et sont susceptibles de vous sauter à la tronche.

 

 

Rassurez-vous, tout ceci arrivera sous peu dans la boutique Fantasy. Soyez attentifs aux mailings que vous recevrez dorénavant, 2 ou 3 fois par semaine. Car bien élevés comme l'êtes, vous êtes inscrits, n'est-ce pas ?

Une fois le tout déballé, parfaitement entreposé, purifié avec de l’encens et béni par un prêtre Shinto suporter du Sporting Club de Lisbonne, le moi de tous les jours peux refaire surface.

De part mon rude entraînement, et ayant juré sur la tombe de mon Seisei, Balden-San, je défendrai ces produits de toute menace éventuelle. Mon corps est d’ailleurs instinctivement paré à y répondre. Dernièrement, c’est Beirla qui en a fait les frais, lui qui zieutait de trop près une figurine Monsieur Bome à mon goût.

Soyez sans craintes, chers amis, chers clients. Vos futures acquisitions sont en sûreté.

Auteur : Cesba

Community Manager des éditions Bragelonne, Milady et Castelmore. Réponds à toutes vos questions dans la mesure du possible !

Laisser un commentaire

Champs Requis *.