Le blog de la Fantasy Team

Les brèves du vendredi 9 septembre 2011

| 0 Commentaires

Au sommaire de cet article : Superman galère avec Google+, Michel Robert en dédicace à la Fnac Montparnasse le 15 septembre, le premier film indien de SF, Orson Scott Card n’est pas Shakespeare, Barbra Streisand fouette Indiana Jones, un papier peint impérial, les « cinq phases du mourir » des fans de Star Wars devant les changements opérés par George Lucas.

 

Les en bref, ce sont de courtes news que l’on ne traite pas dans les colonnes de Fantasy.fr pour diverses raisons (faute de temps, pas assez d’informations, trop éloignées de la ligne éditoriale du site) mais qui méritent tout de même un certain éclairage.

 

*Même les super-héros ont parfois du mal avec la technologie. C’est en tout cas le cas de Superman lorsqu’il tente de s’inscrire sur Google+ dans un strip humoristique de Joyoftech :

 

alt

 

*Michel Robert, l’auteur entre autres de L’Ange du Chaos, sera en dédicace à la Fnac Montparnasse le 15 septembre. Toutes les infos sur le blog SF/Fantasy de Pocket et Fleuve Noir.

 

*Trip to Moon est le premier film de science-fiction indien. Et force est de constater que Bollywood, comme d’habitude, nous fait découvrir des choses surprenantes. Retour vers l’année 1967 :

 

 

*Orson Scott Card n’est pas Shakespeare, malgré ce qu’il aimerait peut-être penser. Son adaptation d’Hamlet a été décriée par énormément de gens. A tel point que cela a sorti Scott Lynch (l’insaisissable auteur des Mensonges de Locke Lamora) de sa tanière et l’a incité à créer sa propre version d’Henri V !

 

*Apparemment, Indiana Jones devrait se méfier des fouets ! Barbra Streisand, lors d’une visite sur le plateau d’Indiana Jones et le Temple Maudit, en a profité pour fouetter Harrison Ford. Une scène inoubliable :

 

 

 

*Super7 vend un papier peint aux couleurs de l’Empire si cher aux fans de Star Wars. Ca changera des animaux Disney dans la chambre de vos enfants !

 

alt

 

*La psychologie ne s’oppose pas à la culture geek. C’est en tout cas ce que nous prouve le Washington City Paper avec cette illustration dépeignant les « cinq phases du mourir » des fans de Star Wars face aux changements successifs de la trilogie originale :

 

alt

Laisser un commentaire

Champs Requis *.